Le Jeune Le Touzel
La Société Jersiaise a été fondée en 1873 pour promouvoir la culture jersiaise et son histoire. Une section de leur site est consacrée à la langue jerriaise et contient un article écrit par Gerraint Jennings sur le mystère entourant un certain Le Jeune Le Touzel.
Vous pouvez retrouver l'article à cette addresse :
http://www.societe-jersiaise.org/langsec/letouzel.html

Voici ce qu'a écrit, dans les années 1860, un auteur du nom de Le Jeune Le Touzel (possiblement James Charles Le Touzel):






LES P'IAINTES D'UNE VIEILLE TANTE A MAI.

Vos v'là Maît'e Jean, je sis ben aise,
De Vos aver oprès d'ma chaise;
Y' a ben longtemps que j'vos cherchais,
Pour être ensemble ocouore une fais;
Car pour de mai, le seul pliaisi,
Que j'ai à cht'eu dans man l'ouaisi'
Est quand je m'trouve ov' deux ou trais,
A raconter des scènes d'autfais.

Je sis septante et vous, maît'e Jean,
Dépassez c'hlà depis un an:
Je voudrais craithe que dans not temps,
J'avons assez veu d'jeunes gens,
Pour pouver dithe not opinion,
Et c'hlà ocouore ov' bouonne raison:-
Qu'les siens d'achteu ne s'ront jamais,
Chain qu' nos jeun's gens étaient aut'fais.

L' orgui d'nos jours est d'v'nu si grand,
Qu'i s'craient trop bouons pour être ov' nous!
A peine ont,y une t'chinzaine d'ans
Qu'i' faut qu'il' aillent en ville, - oui tous,
I' laissent les viers à faithe d'lus mus,
Et s'fichent pas mal des grandes t'cherrues;
Pis quand vaint l'temps pour cherchi l'vrai',
Che n'est pas ieux qui f'raient d'itai.

Eh ben! en ville ov' chez villais,
I' d'vennent ben pièthes - oui biaucoup d'fais;
Car ch' est m'n'idée qu'i'nf'ront jamais
Rain d'bon, tandis qu'i's mêlent d'angliais,
Comme ieux I' d'vennent fins et ruséez,
Et s'craient d'grand gens à lus idée;
Mais, oprès tout, che n'est pas vrai,
I'n n'savent pas pus que vous ni mai.

A l'apparence, ne v'là le but
A qu'est qu'i' voudraient touâné tout;
Pour ben qu'i 'craient paraître ben,
D'auchun' aut' chose ch'là n'lus fait d'rain.
I' n'pensent, jamais que ch'là tromp'tha,
Chain qu'à lus yeux, paraît si doux;
Mais dame! le temps vaint qui prouv'tha
Qu'un 'té commerce les ruin'na tous.

Qu'est qu'aithait creu, qu'nous éthait veu,
Au jour d'àniet des choses pareilles.
Quand vous et mai, y faut l'avouer,
Faisaîmes l'amour à nos longues veilles.
Nou n'viyait pas, un' té camas,
Car jeunes gens avaient pus d'avis;
Et comme achteu ne s'faisaient pas
Pour sière la mode escliaves d'habits,

N'ou n'vîait pas ès temps d'alors,
Les filles en crinolinnes juchis;
Ni les garçons dans lus amours,
Comme autant d'poupettes habillis.
Un bouan bianchet caud et utile,
Pour les garçons l'habit faisait:
Et pour les filles, pour v'nin en ville,
Du molton gris lus suffisait.

Du temps passai nou' s'contentait
Ov' presque rain quand nou fêtait,
Et pis ocouor nous attendait,
Es fêtes de Pâques ou ben à Noé,
Mais bah! achteu, biau éprouver,
De lus baheûles chonna ôté......
Pour ben en dithe, s'nou'l's êcoutait,
Ch'est niait et jeu, qu' faudrait fêté.

R'gardez, maît'e Jean, à lus ménages,
Quand chonna vaint à se marier.
A l's' écouter i' sont ben sages
Et en savent ben pus long que sai;
V'là c'hest tout bé tandis qu' i' sont,
Aveugles d'amour et qu'i' n'vaient rein,
Mais, quand vaint l'temps et que l's èfants
Lus vennent, - alors je les pliant bein.

De tout ch't orgui la cause j'en vai,
Et d' pis d's années j'ai peu tracé,
Que les parents gâtent lus êfants,
En voulant faithe touos des savants;
Ils lus baillent une élevation
Tout aut' de chain qu'il lus faudrait,
Qui les engage, - fille et garçon,
D'ov' lus parents à lus' n'aller.

Mon dou', l'fermage ch'là d'vaint trop bas,
Pour de buonnes gens qu'en savent si long
Y pendent la tête et croizent lus bras,
Et d'pids ni d'mains, pas pûs i' font.
Au lieu de ch'là si nou faisait,
Qu'à tuous l'êfants nou n'apprenait,
Pas pus qu'nos anciens n'en savaient,
Les buons viers temps bétôt r'vaindraient.

Dans votre idée est-che qu'ou penséez,
Qu'les gens d'achteu vivent contentées?
Qu'ove' tout l'orgui qui t'chient les gens,
N'ou pourrait dithe qui sont contens?.....
Hélas!...... Nennin, i'n n'le sont pas,
Ni jamais i' ne le seront:
Car quand l'orgui un coup a l'pas,
Ch'là les entraîne et l'pièthe y font.

A l'entou' d'mai, combain'qu'je vai
D'exemples de t'chain qu'à-niet j'vos pâle!
De nos jeunes gens chi dans p'tit d'temps
Ont 'té entraînéz comme d'la paille.
L'orgui est v'nu p'tit à la fais,
Et d'jour en jour s'est fait des pis,
Au point, qu'achteu, partout che n'est
Qu' orgui et d'sorgnilleurs finis.

Si dans l'orgui ocquore j'viais,
Qu'à auchune chose chonna servait;
Alors, ben seûre, je lûs dirais,
Que ch'est tant mûs qu'nous en éthait.
Mais quand je vai s'tindépendance
Chi sied l'orgui, et ove' y'i va,
Alors, j'lus dis: sus ma concience
Chonna t'cherra!...... chonna t'cherra.

N'y-à rain au monde chi m'fait pus d' peine
Que d'vaie les jeunes gens s'en aller,
Sait hors Jerri, ès piaiches lointaines,
Ou dans chutte ville pour y rester.
J'aim'rais les vaie qui resteraient
Pour tréjous sus lus terres d'meurer,
Et que jamais i' ne pens'raient
De lus vieilles gens à se s'parer.

D'autres les rempiaiche quand i' sont hors,
Et c'hest de même coumme chonna s'fait
Tout' sorte d'monde nos vaint alors,
Et not' Jerri se remple d'itai.
Ou comprennez, si restaient tous,
Pour tout shu plo n'ierrait pas d'run;
I' s'en iraient comme i' sont v'nus,
Et nos t'chittaient tous i'un a i'un.

Man pouôre maît'e Jean, ma peine à mai
Est pus que je n'peux supporter.
Les lermes souvent me coulent des yeux,
Quand j'pense au temps de nos aïeux,
Comme i vivaient et s'contentaient,
Du p'tit qu'lus terres lus produisaient,
Et pis 'achteu, ben malgrai mai,
De vaie ch'torgui v'nin s'empiêté.

Y'a man neveu, ou savez ben,
Le fils de Josué m'en grand frèthe;
Il est faîniant. Ah! le vaut-rain,
Et n't'chient pas du tout de san pèthe.
A la pliaiche de se rendre utile,
Et comme un autre siez li resté
Nennin i' faut qu'il aille en ville,
Car i's pliaît mûs à faînianner.

Achteu qui d'meuthe ov' chez villais,
Coumme ieux il est rusai, mauvais;
Depis longtemps déjà je vai,
Qu'chest inutile de lî pâler,
l's crait si grand, pardessus tous,
Qui voudrait nos mettre tuous en d'sous
D'ses pids, et là pouver nos t'nin,
Pour faithe de nons chain qu' i' voudrait.

Dépis le jour qu'i nos quittit
Et qu'ov quiqu' aut' i's' décidi
A s'en aller en ville servi
Dans une boutique a couoturi;
Depis chu temps n'on peut s'en joui'
Tant que chonna est fait d'orgui,
Si vaint ichin me dithe quique mots
I's môque de mai drièthe men dos.

J'ai biau ly dithe et ly prêchi,
Que ch'nest pas d'même qui faut agi;
Mais qu'dans sa ferme fallait rester,
Aidji ses gens à laboûthé.
Nennin, l'mousieu s'n'en gêne pas pûs,
Et s'en vier train i' continue;
Nou n'gagn' pas pus à ly pâler,
Que d'batt' sa tête contr' la pathé.

Et pis v'là ch't aut' du vaisiné,
Qui s'pressait tant de s'en aller.
(J'entends le fils de Jean Rousset,
Qui d'meuthe ichin au bas du pret.)
Quittit Jerri et s'n allit lien
Péqui la moûthue et l'cappelain,
En Amérique à Baie d'Chaleurs,
Y'ou n'ou ramasse d'chez gris dalleurs.

Il est r'venu et n'a fait rain,
Pas même à peine pour s'n entretien.
Y criait qui s'n allait gangni
Un mouoché d'sous dans un clin d'i;
Mais dame! là bas, comme par ichin
Les siens qu'ont l'sou savent le r'tenin,
Achteu il est ben aise d'aver
S'en puore vier pèthe siez qui aller.

Y'en a ben d'autres sus qui j'pourrais,
Vos en dithe long sus lus biaux faits
Mais pour à-niet ch'là va suffithe,
Et pour fini j'm'en vais vos dithe:
Que m'est à vis' tout cht' orgui-là
Est un malheur pour not' Jerri,
Que nou n'verra, que quand y s'ra
Trop tard, pour pouver y r'mièdji.

La raison de chouna en est,
Depis qu'ov' nous touos ches angliais,
Sont v'nus s'plianté dans not' Jerri,
Et qu'nou à voulu les laissi
Faithe ichin comme s'ils 'taient siez ieux,
Parc'que, mon doux! nous avait peux,
De l's eff'riter, - tant qu'nou criait!
Qu'une seule parole les f'raient s'n'aller.

Je vos prédis que n'ou verra,
De drôles de choses, - quand l'temps vaindra;
Car chès angliais déjà voudraient,
Maîtrisi tuous nos buons Jerriais,
Et betôt n'voudront enduther
De pouôres vieilles gens comme voue et mai.
Mais faut espéther qu' avant qu'chla
N'arrive, le bouon Djieu nos prendra.

Pour En Savoir Plus Long...

Description de l'île de Jersey
Description de la présence des Touzel sur l'Île

Le page de Geraint Jennings sur Le Touzel ( http://www.societe-jersiaise.org/langsec/letouzel.html)
Le site officiel de la Société Jersiaise ( http://www.societe-jersiaise.org/)

Pour Me Rejoindre

Pour des commentaires ou suggestions, écrivez-moi à christian@touzel.com